Menu
Mostra menu

L’ancien Corps des Carabinieri du Roi fut fondé à Turin ...

Image de l’écusson de l’Arme entre deux carabiniers en uniforme.


... par le Roi de Sardaigne Vittorio Emmanuele I avec les lettres Patentes du 13 juillet 1814, avec la double fonction de défense de l’Etat, placé au premier rang par rapport aux autres Corps d’Armée, et d’organisme de police, avec des tâches et des prérogatives spéciales.
Les Carabinieri furent dotés d’un uniforme particulier de couleur turquoise, décoré de Brandebourgs en argent au col et sur les parements, aux revers écarlates aux pans de l’uniforme, épaulettes frangées blanches pour les carabiniers à cheval, bleu ciel pour les carabiniers à pied et le caractéristique chapeau à deux pointes appelé familièrement " lucerna".
Cet uniforme est encore aujourd’hui en vigueur et il est porté pour des cérémonies très solennelles.
Le Corps a une structure territoriale qui s’articule en " divisions " (une dans chaque province), celles-ci sont divisées en " compagnies " divisées à leur tour en " lieutenances ", qui exercent une action de commandement et de coordination des " brigades " particulièrement bien distribuées sur tout le territoire de l’Etat, en contact direct avec la population. En 1868, une unité spéciale de Carabinieri à cheval a été constituée : les " Corazzieri ", destinés à l’escorte et à la sécurité du Roi au début et du Président de la République depuis 1946.
Avec l’unité d’Italie, le territoire, plus vaste, détermina l’augmentation du nombre des " divisions " qui furent placées aux ordres des Commandements opérationnels, appelés " légions territoriales ". Le 24 janvier 1861, le corps prit le rang de " première Arme " de la nouvelle Armée nationale, pour assumer par la suite le rang de Force Armée le 31 mars 2000. Toutes ces prérogatives et la présence des Carabinieri jusque dans les plus petits centres habités du pays étaient et sont encore aujourd’hui une des plus importantes caractéristiques de l’Institution.