Menu
Mostra menu

Le Carabinieri TPC

 Le Commandement des Carabiniers pour la Protection du Patrimoine Culturel (Comando Carabinieri Tutela Patrimonio Culturale - TPC) a été institué en 1969, un an avant la Convention de l'UNESCO à Paris en 1970, selon laquelle tous les États membres de l'UNESCO sont invités à instituer des services spécifiques permettant de protéger le patrimoine culturel des nations individuelles.

Le TPC fait partie du ministère de la Culture et joue un rôle en ce qui concerne la sécurité et la protection du patrimoine culturel national , par la prévention et la répression des multiples activités criminelles connexes.

Selon la législation italienne, en ce qui concerne la protection du patrimoine culturel, le TPC des Carabiniers est le centre d'information et d'analyse pour toutes les agences italiennes d’application de la loi.

L'organigramme prévoit, au niveau central, un bureau du personnel et un service opérationnel (divisé en trois sections: archéologie, antiquités, art moderne et contrefaçon) et, au niveau territorial, 12 directions avec compétence régionale ou interrégionale, plus une sous-unité en Sicile.

En ce qui concerne sa portée internationale, en plus de travailler dans le domaine de la coopération policière internationale avec INTERPOL, le TPC a d'autres responsabilités, telles que le soutien spécialisé pour les opérations de maintien de la paix, comme en Iraq de 2003 à 2006; la formation des agents de police et des fonctionnaires des douanes dans les pays qui en font la demande; et  un soutien consultatif pour le Ministère du Patrimoine et des Activités Culturelles, à l'égard des activités axées sur la récupération de vestiges archéologiques appartenant au patrimoine national et exposées dans des musées et collections privées à l'étranger.
 
Depuis les années 1980, le TPC s’est doté d'un instrument auxiliaire dans ses enquêtes: la “Base de données des biens culturels soustraits illégalement”, prévu par l'article 85 du décret législatif n. 42 en date du 22 Janvier 2004 (Code italien du patrimoine culturel et du paysage), qui contient des informations et dispositions sur les objets à récupérer, de provenance italienne ou étrangère, et sur les événements criminels qui y sont liés.

L'utilisation d’une technologie informatique sophistiquée a fait de la base de données du TPC un outil de référence pour le Commandement entier des Carabiniers et pour les autres services repressifs italiens et étrangers, permettant de procéder à une analyse minutieuse du phénomène criminel lié au traffic illicite des biens culturels.