Menu
Mostra menu

Une étroite connexion entre les unités est souhaitable ...

Image d’un poste central opérationnel de l’Arme.... afin d’assurer le bon déroulement de toutes les activités opérationnelles. Ce rapport est garantit par la rapidité des communications entre les différentes composantes de l’Arme ainsi qu’à travers la gestion commune des renseignements à caractère opérationnel.
Ces fonctions essentielles sont assurées 24 sur 24 par un système complexe qui relie la Salle Opérationnelle du Commandement Générale avec les Salles de Situation des Commandements Interrégionaux et des Régions et avec les Centrales Opérationnelles des Commandements Départementaux et des Commandements de Compagnies, rejoignant enfin toutes les unités qui opèrent sur le territoire.
Cette structure opérationnelle s’articule en:
a. Salle Opérationnelle du Commandement Général.

TElle représente l’instrument à travers lequel le Commandement Général:
- est constamment informé des situations concernant l’ordre et la sécurité publique;
- emploie la réserve et les commandements spécialisés;
- cexerce la coordination des opérations délicates;
- procède à l’élaboration des données statistiques sur l’activité opérationnelle et sur les faits délictueux;
- maintient le lien info-opérationnel avec les militaires employés en mission à l’étranger et les autres organes dans le cadre de la Défense et des Forces de Police;
- recense et vérifie les nouvelles diffusées par les organes d’informations.
La constitution d’un seul et unique milieu informatique dans l’Arme, avec la distribution jusqu’aux plus petits niveaux de commandement d’appareils télématiques et l’activation d’un service de poste électronique ont facilité le travail du personnel qualifié de la Salle, qui utilise par ailleurs de nombreux système de liaisons.
b. Salle de Situations des Commandements Interrégionaux et de Région.
Image avec deux motocyclistes.Elles représentent l’instrument à travers lequel les Commandements, dans le cadre des niveaux respectifs:
- développe une action directionnelle et de coordination de l’activité opérationnelle des Commandements dépendants;
- évaluent et signalent à la Salle Opérationnelle du Commandement Général des situations et des faits particuliers pour lesquels ils considèrent nécessaire l’intervention des unités de supports qui ne peuvent être activés que par le Commandement Supérieur;
- déterminent l’intervention des aliquotes des unités de support à leur disposition à l’aide des Commandements dépendants.
c.  Centrales Opérationnelles des Commandements Départementaux et de Compagnies
Elles représentent les instruments indispensables pour le démarrage, le développement et le complètement de toute l’activité institutionnelle de l’Arme et le siège dument organisé où parviennent au Commandant sans arrêt les nouvelles d’intérêt et d’où il exprime- personnellement et à travers le personnel préposé- les ordres pour la résolution des problèmes contingents.
Le recours aux ressources technologiques modernes a permis, dès 1999, grâce à des études effectuées par l’Arme, de mettre en place la réalisation d’une interconnexion des centrales/salles opérationnelles des forces de police, considérée comme la forme la plus efficace et la mieux adaptée aux temps pour optimiser les interventions rapides. L’interconnexion poursuit non seulement l’objectif d’augmenter l’efficacité des services, mais aussi d’améliorer toutes les activités de prévention générale qui précèdent le moment de la demande de secours, réalisant ainsi une coordination générale des forces de police.
En particulier, les systèmes adoptés consentent de visualiser sur écran, à travers une cartographie électronique très bien définie, tous les véhicules des Carabinieri et de la Police d’Etat employés dans le contrôle du territoire mais également de relier en vidéoconférence les deux centrales, afin d’assurer, toujours à travers des procédures communes, l’intervention des forces de police en mesure d’agir au plus vite mais aussi celui d’autres organisations /institutions (sanitaire, VV.FF., protection civile, etc.) dont l’œuvre est considérée nécessaire pour un secours efficace.
Image d’une patrouille motorisée en service nocturne.L’interconnexion des centrales/salles opérationnelles fournit une plus-value ultérieure car elle poursuit l’objectif d’une efficacité de coordination qui ne se limite pas à la seule gestion des appels d’urgence. En même temps, elle garantit l’immédiate réciprocité informative, rendant ainsi " transparentes " les informations dont chaque force de police dispose – en temps réel- sur les événements qui se sont produits et sur les ressources employées, permettant ainsi d’orienter " ad horas " l’activité de prévention générale.
Les opérateurs des centrales et des salles opérationnelles garantissent l’intervention rapide dans toutes les circonstances, mettant en œuvre des règles prédéfinies pour la gestion des urgences. Il est aussi prévu que, en cas d’urgence, la gestion de l’événement produit sera attribuée à la centrale/salle opérationnelle dont dépend l’unité en mesure d’assurer l’intervention la plus rapide et la plus efficace, sur la base des données de radiolocalisations et des données relatives à l’état d’emploi des ressources. Ainsi, c’est la patrouille, qui n’est pas occupée à d’autres tâches prioritaires, la plus proche du lieu de l’événement qui sera appelée à intervenir. Dans tous les cas, il est prévu de garantir l’information réciproque, complète et en temps réel, dans le but de permettre – si nécessaire – l’emploi d’ultérieures mesures opérationnelles pour intégrer et/ou supporter la force de police qui est intervenue, par exemple la convergence de plusieurs services en cas d’événements particulièrement graves.
C’est auprès des Centrales Opérationnelles que sont situés les centres de réponse au numéro téléphonique " 112 ", qui permet de faire appel à l’intervention du personnel de l’Arme dans des situations de compétence institutionnelle et le secours pour des circonstances de danger mais également pour donner des renseignements utiles à l’activité d’enquete. Suite à la décision prise en 1991 par le Conseil des Communautés Européennes d’introduire le " 112 " comme numéro unique d’émergence au niveau européen, pour satisfaire sur le territoire de tous les Etats membres les exigences des nombreux étrangers présents pour tourisme, travail ou affaires, l’Arme a adopté une série de mesures pour la réalisation de sa propre structure de réponse en langue étrangère. Ce système, opérationnel sur tout le territoire national, permet à l’Italie d’avoir, depuis 1995 et en conformité avec les engagements pris au sein de la communauté, le " 112 " européen.